vendredi 10 juillet 2015

MAURICE GENDRON - CONTEXTE HISTORIQUE

Au lendemain de l'armistice de juin 1940, nombreux de nos compatriotes refusent la défaite et l'humiliation. Dès octobre 1940, Louis Renard, avoué à Poitiers, fonde le journal clandestin "Le Libre Poitou", mais c'est à partir de 1942 que la Résistance s'organise avec la constitution de nombreux réseaux dans le département de la Vienne.

En septembre 1942, Lise de Baissac, des services secrets britanniques, est envoyée par Londres avec mission d'organiser un réseau autour de Poitiers et principalement de rechercher des volontaires pour recevoir des parachutages d'armes en vue d'un éventuel débarquement allié. C'est ainsi que se créa autour de M. Gateau, commissaire priseur à Poitiers, son épouse, M. Brault et Mr Gendron et quelques autres, le réseau "Artist".

M. Brault était propriétaire de la ferme de Clouachard sur la commune de Marigny-Brizay, avec Maurice Gendron pour fermier. L'endroit entouré d'arbres s'avéra propice pour un premier parachutage de 4 containers comprenant armes, tabac, plastic... qui eut lieu dans la nuit du 13 au 14 février 1943. Il fut reçu par une équipe composée de Lise de Baissac et MM. Gateau, Brault et Gendron.
Un 2e parachutage eut lieu, toujours par nuit de pleine lune, et fut enterré par Maurice Gendron.

Suite à des bruits, la Gestapo enquêta et l'on retrouva chez M. Brault les plans de sa ferme de Clouachard. Les Allemands tenaient la preuve qu'ils recherchaient.

Le réseau fut partiellement démantelé. M. Gateau et M. Brault moururent en déportation. Mme Gateau et Maurice Gendron furent les deux seuls à revenir de l'enfer ...

 
 
 
http://milguerres.unblog.fr/lise-de-baissac/ Sources:
fondation pour la mémoire
Site de St Léger la Pallu
Lise de Baissac -- Wikipedia
Le picton n°47
Rue des Saussais à Paris

MAURICE GENDRON - VOYAGE EN ENFER


  


M. Gendron
Maurice GENDRON est né le 21 janvier 1912 à St Germier (79).

Il a donc 32 ans lors de sa déportation en 1944. Il partira le 23 février 1944 de Clouachard(Marigny-Brizay) pour revenir de sa déportation le 14 mai 1945. Son périple durera 445 jours... 

Nous sommes en 1944, Maurice Gendron travaille en tant que fermier à la ferme de Clouachard chez Monsieur Brault. Il est grand et robuste. Cette ferme est entourée de bois et cette zone était propice pour des parachutages. 


1-Marigny-Brizay (Ferme de Clouachard):
Nuit du 13 au 14 février 1943: 
Place de l'église - Marigny-Brizay
4 containers d'armes, de tabac, de plastic ... furent parachutés et réceptionnés par Mme Lise de Baissac, Mr Gateau (commissaire priseur à Poitiers), Mr Brault (Propriétaire de la ferme de Clouachard) et Mr Gendron.



Le message du parachutage: "Michel ira dans le pommier ce soir"

Le message de retour confirmant la réception: "le poulet était bien cuit"


Les opérations avaient toutes très bien réussies mais des traces laissées par les parachutages intriguèrent certains habitants du village. Ils commencèrent à parler. Des bruits remontèrent alors jusqu'à la Gestapo qui commença à enquêter.


En février 1944, tous les membres du réseau ARTIST sont arrêtés. 
Le 19, Mme Gateau et son mari (commisaire priseur à Poitiers) furent transférée à la Pierre Levée. M Gateau fut exécuté lors de son transfert entre Buchenwald et l'Autriche. Mme Gateau connu son voyage en enfer en passant par les pièces de tortures au QG de la Gestapo rue des Saussaies à Paris, le fort de Romainville, Ravensbrück et puis le camp d'holleischen où elle réalisait des travaux de terassement et d'abatage d'arbres avec une température pouvant aller jusqu'à -30°. Elle survécut!!
Container parachuté

(1e jour) - 23 février 1944 - 6h00: 5 allemands dont 2 civils se présentent à la ferme. L'un d'eux parle français et demande à Maurice Gendron ou se trouvent les armes(?). Un interrogatoire violent s'en suit...


La gestapo emmène Maurice Gendron au lieu où ont été enterré les armes... Le transfert à la Pierre Levée est immédiat...

Témoignage de Marcel Sauvaget:

"Mercredi 23 février 1944, il est tombé de la neige cette nuit.
Il est environ 9 h, je viens de finir de soigner les bêtes quand M. Poulin, le maire, entre à la maison et me dit:"Ordre de réquisition, rendez-vous de suite devant le monument (voir photo ci-dessous) avec une pelle et une pioche".

Nous sommes bientôt cinq: Marc Baillet, Maurice Cyr, Hubert Dupuis, Roger Petitpied et moi. Qu’est-ce que cela veut dire?
On a fait toutes sortes de suppositions. Un camion arrive: direction Clouachard. Un allemand en civil, probablement la gestapo, nous indique le lieu du travail. Nous creusons et sommes vite en présence d'un dépôt d'armes. Qui aurait dit ça à Marigny?
Nous comptons 70 mitraillettes, des munitions et des grenades, des cigarettes aussi, que nous chargeons sur un tombereau que l'on dirige ensuite vers la route. Il est 14h, notre travail est terminé et on nous autorise à rentrer chez nous.

Entre temps, nous avons pu apercevoir Maurice Gendron tuméfié de partout, tellement il avait été roué de coups, et emmené ou plutôt traîné par des allemands.

jeudi 24 février, nous mesurons que nous l'avons échappé belle, car nous aurions tout simplement pu être pris comme otages et fusillés"


2 La Pierre Levée (Poitiers)
Mercredi 23 février 1944, Maurice Gendron subit un interrogatoire de 5 minutes sans violence à la prison de la Pierre Levée. Il y restera 41 jours. Les conditions de détention sont épouvantables...

Témoignage de Gérard Pichot (1921-2010):

Il est membre du mouvement de Résistance "Organisation civile et militaire" et sera détenu en ce lieu du 19 août 1943 au 12 janvier 1944:
 
« Encadré par les agents de la Gestapo qui ont procédé à mon arrestation le matin même, je franchis les portes de la prison de la Pierre-Levée dans la soirée du 19 août 1943. Face à moi, une rotonde, des escaliers métalliques conduisant aux deux étages, et de part et d'autres, un alignement de cellules. Je pénètre dans un univers effrayant. Froid. Violent. Les cris des détenus me glacent le sang […] Encadré par des gardiens, je gravis l'escalier métallique conduisant au premier étage et longe le couloir jusqu'à la cellule 33. Une toute petite pièce. Un vasistas dans la partie supérieure du mur. Trois détenus dans 9m². L'heure du réveil est à 6h suivie du rangement de la cellule (pliage des paillasses pour optimiser le peu d'espace dévolu), de la distribution d'un ersatz de café fait d'eau et d'orge grillée décortiquée, du ménage de la geôle enfin, sous haute surveillance, nos gardiens nous conduisent aux toilettes […] Dans des courettes attenantes, nous sommes autorisés à marcher quelques minutes. Que les muscles sont douloureux. En raison de la surpopulation (jusqu'à sept par cellule), nous sommes en permanence recroquevillés. […]

Que j'ai eu faim à Poitiers. Le matin, les gardiens distribuent un quart d'une boule de pain d'un kilogramme, à midi un bouillon de légumes contenant de rares morceaux de carottes et de rutabagas, et le soir une soupe. […] Le froid est quotidien. Le chauffage central ne fonctionne pas. […] L'hygiène est effroyable. La douche est autorisée qu'une fois par semaine. Les puces envahissent les cellules et les paillasses. […] L'attente est interminable dans les cellules. Le temps s'égrène dans la crainte d'un départ pour Biard. Conserver la notion du temps n'est pas facile. […] Pour parvenir à nos aveux, les autorités allemandes nous isolent, placent dans les cellules des mouchards, frappent et torturent. Dans les tout derniers jours du mois d'octobre 1943, un gardien me conduit dans une cellule au rez-de-chaussée. La cellule des instructions. Sont présents un sous-officier, deux agents de la Gestapo et un juge d'instruction installé derrière un bureau. Je dois rester debout devant la chaise, les mains appuyées sur le dossier, le dos voûté en avant. […]

Toute la première journée de l'interrogatoire, les coups de barre fer s'abattent sur mon dos. Le soir de ce premier interrogatoire, je suis placé dans une cellule qui n'est pas la mienne. Je flaire le piège. J'assène de violents coups de pieds dans la porte. En ricanant le gardien m'extraie de la cellule et me replace dans la mienne. Un quart d'heure plus tard, il vient me chercher à nouveau pour une confrontation avec deux membres de l'équipe de Thouars dans la cellule d'instruction. L'un des deux ne dira rien malgré les coups qui s'abattent sur lui pour nous faire avouer. A l'issue de cette confrontation, je suis placé au mitard dans les sous-sols de la prison. Quand je comprends où je suis conduit, je suis persuadé d'être battu jusqu'à ce que mort s'ensuive. Le soir, il faut entendre les cris, les hurlements de souffrance des détenus résonner dans la prison. C'est effroyable. Là, pendant trois jours, sans manger, ni boire, je suis attaché sur une planche inclinée. Le poids du corps vous fait glisser. La souffrance est terrible. Il est impossible de dormir. Des cris des autres cellules résonnent. Les coups des soldats parfois ivres s'abattent sur les corps. Au bout de ces trois jours, je suis ramené dans la cellule d'instruction où l'interrogatoire reprend. Je continue à nier tout en bloc. Pour conclure, le juge d'instruction me précise qu'ils savent tout avant de me tendre une déposition rédigée en allemand et exigeant que je la signe. Je refuse. Replacé dans la cellule 21, les jours passent jusqu'au 10 décembre 1943 où je suis transféré pour la journée à la caserne Du Guesclin avec mes autres compagnons d'infortune du mouvement de "Résistance Organisation Civile et Militaire". Debout, sans bouger, sous la surveillance de nos gardiens, nous passons la journée à attendre dans la cour de la caserne. Ils nous informent qu'un tribunal allemand juge nos responsables. Au terme de la journée, nous remontons dans les camions et sommes tous placés dans la cellule B, la cellule dite des condamnés à mort jusqu'au 12 janvier, date de notre transfert pour le camp de transit de Compiègne-Royallieu avant notre transport pour Buchenwald le 22 janvier 1944. »


Mardi 4 (ou mercredi 5) avril 1944, départ pour le camp de Compiègne. 
 

3 Compiègne
Arrivée au camp le jeudi 6 avril 1944. Maurice Gendron y restera 21 jours.


Le camp de Royallieu (Frontstalag 122) à Compiègne (Oise) en France était un camp de transit et d’internement nazi, ouvert de juin 1941 à août 1944. Plus de 54 000 résistants, militants syndicaux et politiques, civils raflés, Juifs y ont été internés. 50 000 d’entre eux ont été déportés dans les camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz, Ravensbrück, Buchenwald, Dachau, Sachsenhausen, Mauthausen, Neuengamme. Le Frontstalag 122 s’est caractérisé notamment par l’internement et la déportation des 2/3 des résistants (communistes, syndicalistes, civils). Le « camp C » (camp juif) était tenu secret mais était déjà un lieu d’extermination par la faim et la maladie.


Le 27 avril au matin, départ pour Auschwitz.


3-4 Compiègne - Auschwitz

(64e jour) - Le 27 avril 1944 au matin, 1670 détenus vont partir dans des wagons à bestiaux (à raison de 100 détenus par wagon). 15 des 1670 déportés ont disparus donc sûrement morts avant d'arriver au camp.


Robert Desnos
Un certain Robert Desnos fera partie de ce convoi.


C'est le troisième convoi "non juifs" à se rendre directement à Auschwitz. Dans le wagon de Maurice Gendron, 1 personne décédera et sera retirée du wagon seulement 2 jours plus tard.


Ce convoi est une erreur (surement de la bureaucratie allemande). Jamais il n'aurait du se rendre à Auschwitz puisque ce camp était réservé à l'extermination des juifs d'Europe. Les détenus reçoivent un peu de pain et 1 saucisson. Lors du voyage l'atmosphère étant vite insoutenable, les détenus essayent d'accéder aux lucarnes pour respirer. Les détenus deviennent fous à cause de la promiscuité, de la faim et de la soif. 60 personnes mourront pendant le voyage. Enfin les portes s'ouvrent, les détenus peuvent sortir au grand air... Mais l'accueil qui leurs est réservé n'est pas meilleur!! 
Les détenus forment une colonne, frappés par les SS et se rendent au camp qui se trouve à 2 kilomètres. Ils resteront pour la grande majorité quelques jours dans ce camp pour repartir vers Buchenwald. 45 Personnes mourront dans ce camp.



Le voyage durera 4 jours et 3 nuits:


1ere journée: Les villes se suivent entre Soisson-Charleville-Mésières - direction nord-est
2ème jour matin: Le train va jusqu'à Metz - Direction sud-est
2ème jour après-midi: Le train passe en Allemagne par Trèves.
Les 3èmes et 4èmes jours: le train traverse l'Allemagne (Giessen-Weimar-Dresde) puis direction La Pologne.


Débarquements de la marchandise humaine à la gare "Auschwitz-marchandise"
(67e jour) - le 30 avril 1944 en soirée, ils sont débarqué à la "gare Auschwitz marchandise" (la ligne directe conduisant au camp n'était pas encore en fonctionnement). 1655 détenues sortent des wagons dont 90% étaient devenus fous.


Descente du train
De chaque cotés des portes du train des SS recevaient les détenus à coup de "los, los" et à coups de bâtons. Un homme (Louis Bovérie) tente alors de s'échapper en
 volant une moto. Il est sur l'instant descendu par les SS à proximité.



4 Auschwitz (12 jours dans le camp)


Déportés dans les baraquements
source:(http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/
condition-de-vie.htm)
Après la réception, les 1655 détenus sont alors parqués dans 2 baraques du camp Canada de Birkenau juste à coté du bloc "chambre à gaz - crématoire IV". 
Maurice Gendron précise qu'ils furent ensuite immatriculés par tatouage sur l'avant bras gauche puis douchés (désinfection) et rasés partout à l'exception de la barbe. les immatriculations vont de " 184936 " à " 186590 ". 

Maurice Gendron portera le numéro "185644". 


Nettoyage à Buchenwald
source: oublions-pas1945.skyrock.com/3.html
Ils restèrent ensuite 36 heures nus. Les détenus couchaient dans des baraques à même la terre, sans couverture (pendant 1 semaine, ils dormirent même les pieds dans l'eau). 
(70e jour) - Le 3 mai 1944, les SS les transférèrent dans le camp BIIb (juste à coté). Ils restèrent 9 jours dans ce camp. Les conditions étaient un peu meilleures, car il y avait des lits et des couvertures. Les SS leurs fit nettoyer le camp pendant 3 jours.
Source: Video de David Bonnefoy

(79e jour) - Le 12 mai 1944, un train est en préparation pour le départ à la porte du camp. 1561 de ces personnes embarquèrent (60 par wagon). Sur ceux restés à Auschwitz, 29 rejoindront Buchenwald dans les jours et mois à venir...
Départ pour le camp de Buchenwald. 700km environ.

 
5 Buchenwald (21 jours dans le camp)
Buchenwald
Photo: Ludwig, Jürgen
(81e jour) - Ils arrivent le 14 mai 1944(au matin).
"Même réception qu'à Auschwitz mais en plus les chiens" (M. Gendron). Les détenus passent tous à la désinfection à nouveau puis sont immatriculés. 

Les détenus étaient conduis dans des salles de désinfection où chaque préposé s'affairait, avec un pinceau imbibé d'un liquide verdâtre ou un pulvérisateur, à badigeonner ou à asperger les parties les plus intimes du corps des détenus. Puis, toujours nus, Les détenus étaient conduis dans des immenses magasins où l'on distribuait de vieux vêtements. Au dos de chaque veste une immense croix de Saint-André avec les lettres KLB (Konzentration Lager Buchenwald) étaient peintes en rouge, tandis que les pantalons portaient, sur le côté extérieur, une bande de la même couleur; une vieille casquette faisait office de couvre-chef; aux pieds des semelles de bois recouvertes d'une lanière de toile synthétique. (sources: http://ostfront.forumpro.fr/t1672-les-camps-de-concentration-kz-2012)

Les déportés sont, pour la majorité, entassés dans le block 57 du petit camp. 

Maurice Gendron fait parti (pour 21 jours) du groupe des 590 détenus restés en quarantaine dans ce camp. Il transportera des pierres dans une carrière à proximité. Il explique: "si par malheur, l'un de nous en prenait une pierre trop petite, il était sur le champ rappelé et en lui en mettant une bien trop grosse, si bien qu'il était exténué à l'arrivée, à moins que s'il ne pouvait suivre, il soit assommé à coups de bâtons".

Conditions de travail à la carriere
Le transport des pierres se faisaient dans une carrière, située à environ 1,5 kilomètre du lieu de détention. Sur les pitons et aux points les plus bas, des SS en armes et quelques conducteurs de chiens montaient une garde. Les malheureux qui y étaient affectés devaient maintenir, sous une avalanche de coups de triques et d'injures, une cadence de travail des plus accélérées. Après l'extraction à l'explosif, la dislocation des blocs s'effectuait au pic dans des conditions inhumaines et dans une atmosphère de sauvagerie entretenue par les kapos et les Vorarbeiters sous l'œil narquois des SS. Les détenus chargés de pierres retournaient au camp pour les déposer auprès des maçons, d'autres déportés s'occupaient à construire les assises de Blocks imposants. (sources: http://ostfront.forumpro.fr/t1672-les-camps-de-concentration-kz-2012)


Extrait du règlement de Buchenwald:
(http://echelledejacob.blogspot.fr/2013/11/le-travail-dans-les-camps-nazis.html)

" Art. 6. — Est condamné aux arrêts de rigueur de huit jours et à vingt-cinq coups au début et à la fin de l'arrêt, celui qui insulte un SS ou se moque de lui, celui qui refuse de saluer conformément au règlement ou qui montre par toute son attitude qu'il ne veut pas tenir compte du règlement.
" Art. 8. — Est condamné aux arrêts de rigueur de quatorze jours et à vingt-cinq coups,
" 1) — celui qui, sans autorisation, quitte une colonne de travail en marche;
" 2) — celui qui, dans des lettres ou par tout autre moyen, se laisse aller à des déclarations sur le Führer, l'Etat, le régime, les autorités et les règlements, celui qui honore les chefs marxistes ou libéraux..., celui qui raconte les événements de la vie du camp ou celui qui, dans ses lettres, fait un récit mensonger de ses malheurs et introduit ainsi le trouble dans la population.
" Art. 11. — Celui qui, par écrit ou oralement, charge d'un message une personne libérée du camp, celui qui écrit des lettres clandestines, celui qui, par une lumière ou d'autres signaux, communique avec le monde extérieur, celui qui cherche à entraîner les autres à l'évasion ou à une faute, celui qui agit ou favorise une telle entreprise, sera pendu comme un mutin.
" Art. 12. — Celui qui offense un homme de garde ou un SS, celui qui, dans un esprit de révolte, refuse d'obéir ou de travailler ou qui abandonne par révolte la colonne ou le lieu de travail, celui qui siffle pendant une marche ou pendant le travail, ricane ou parle, sera fusillé sur-le-champ comme émeutier, ou sera condamné à mort par étranglement. "
 
(91e jour) - Le 24 mai 1944, les 1000 autres détenus partent à Flossenbürg et sont répartis dans divers Kommando. 618 n'en reviendront pas.

(103e jour) - Le 5 juin, après 21 jours passés dans ce camp, Maurice Gendron rejoint le Kommando XIIIè à Zeitz avec 4000 Juifs.


6 Zeitz

Ce Kommando XIIIè allait tous les jours à pied à la Brabag (usine de fabrication d 'essence synthétique). Elle produisait de l'essence pour l'armée mais aussi tous les produits toxiques comme le zyklon B.

Cette usine était très souvent bombardée.
Entre le camp et la Brabag (BRAunkohle Benzin A.G), il y avait 3 kilomètres que les détenus (très majoritairement juifs) devaient faire pieds nus. Les oedèmes et gangrènes se déclarèrent rapidement. Beaucoup mourraient au bout de 2 mois "avec en plus les coups et les mauvais traitements".



Maurice Gendron reste dans ce camp annexe de Zeitz 1 mois en tant que maçon (pour éviter le retour sur Buchenwald). Il pèse alors 44,5 kg début juillet 1944. (129e jour au 1er juillet) -  Il est alors transféré aux cuisines pour éplucher des pommes de terre. Au delà du fait que ce travail était beaucoup moins pénible, il pouvait enfin se nourrir.
(282e jour au 1er décembre)A partir de décembre 1944, Maurice Gendron travaille au ravitaillement presque toujours hors du camp. "Nous n'avions plus Ce spectacle navrant de ces cadavres, ces squelettes vivants". Il prépare alors son évasion...

Il n'y avait plus de vivres au ravitaillement, du pain pour un jour pas plus.

Les américains approchaient et tous les prisonniers furent placés à nouveau dans un train. Les malades de l’hôpital sont chargé mais nus. A cause du froid et de la faim, 5 jours après, il y avait beaucoup de morts.

Ce train roulait en direction de la Tchéquie...

7 Marienberg

Marienberg est une petite commune d'Allemagne située à 10 kilometres environ de la Tchéquie.

Ici, au passage du train des déportés, les Américains bombardèrent la locomotive.
(408e jour) -  Nous sommes le 16 avril 1945. Maurice Gendron saute alors du train et va se réfugier dans les bois à proximité. D'autres feront de même...






8 Dans les bois

Maurice Gendron se cache dans les bois pendant 1 semaine en attendant les Américains qui se trouvaient à une trentaine de kilomètres (à Chemnitz).

Situation au 16 avril 1944




































30 kilomètres de marche à travers les bois sans manger lui seront nécessaire pour éviter les gendarmes et de la Volksturm qui surveillent la zone. Il dort à même le sol.

La Volksturm et les gendarmes dirigent alors les recherches vers une autre zone où d'autres évadés du train se sont dirigés. Maurice Gendron en profite pour sortir du bois. Il trouve alors une ferme où il va travailler environ 3 semaines avec 4 autres prisonniers de guerre. Il coupe alors du bois seulement pour être logé et se nourrir.

On peut considérer que les russes arrivent sur les lieux vers le 10-12 mai 1945 avant les américains. Ils permettent alors à ces 5 prisonniers de rentrer dans leur pays... Et c'est parti, le retour se fait via (9)Chemnitz, (10)Gera puis (11)Erfut d'où Maurice Gendron prend l'avion jusqu'à (12)Paris.

13 Retour à St Léger la Pallu
(408e jour) - Enfin, 408 jours après son arrestation à Clouachard, Maurice Gendron revient de ce voyage sur sa terre natale, en France, à St Léger la Pallu où il vivait avec sa femme. Toute la population lui réservère un accueil très chaleureux.
 
Maurice GENDRON auprès de sa femme et entouré des habitants de St Leger la Pallu.
 


 

Pour ne jamais oublier...








Enfants à la libération des camps
(US Holocaust Memorial Museum)



http://186206.free.fr/images_p/canada.html

Amicale des déportés tatoués du 27 avril 1944

MAURICE GENDRON - LE LIBRE POITOU 2 JUIN 1945

L'ODYSEE D'UN POITEVIN AUX MAINS DES BOCHES

M. Maurice Gendron(t), de Saint Léger la Pallud nous a adressé le récit suivant:

"Ayant été arrêté le 23 février 1944 par la gestapo pour ce dépot d'armes et parachutages, ce jour à 6 heures du matin, je vis arriver 5 allemands, dont 2 en civil. L'un d'eux parlant correctement le français me demanda à brule pourpoint: "où sont les armes?"
Je répondis:"Je n'ai pas d'armes!"
A ce moment, je reçois un magistral coup de poing en pleine figure. 3 fois il répète sa question, 3 coups de poing.
A la suite de cela, on m'emmène le long d'un mur en dehors de la cour de la ferme. Là toujours le même individu me dit:"Vous allez parler ou sinon...". C'est alors que les coups tombèrent, coups de poing et coups de pied. N'obtenant aucun résultat, ils me mirent un révolver à la tempe et une mitraillette à la poitrine en me disant:"si après trois sommations vous n'avez pas répondu, vous pouvez remettre votre âme à Dieu. Toujours rien. Très en colère, ils prennent chacun un bâton et l'in me passe les menottes. Ils m'emmènent avec quelques coups dans un petit bois, tout près de la ferme. A l'aide des menottes(ils) me suspendent à un arbre après m'avoir mis le torse nu. C'est alors qu'à trois, ils se mirent à me frapper, s'arrêtant de temps à autre pour me questionner. N'obtenant jamais ce qu'ils voulaient, ils s'acharnèrent. Combien de temps dura ce supplice? Je ne sais pas exactement, peut-être une demi-heure.
Ils me détachent et me mettent sous les yeux un plan réduit de la ferme, en me demandant:"connaissez vous cela?"
Je répond: "c'est peut-être un plan?".
On me répond:"regardez bien, vous ne connaissez pas ce plan?" 
"Cela ressemble à la ferme".
"Et bien, ici sont les armes. Pourquoi aggraver votre cas en vous obstinant au silence? Voyez, nous savons tout!!"
"Messieurs, je suis Français", trois coup de bâton m'envoient au sol. 

Relevé avec quelques coup de pieds dans les côtes, on m'emmène au dépôt d'armes.
Lorsqu'ils apperçuent quelques cylindres... Transfert à la "Pierre levée".

Interrogatoire de 5 minutes sans brutalité. Quarante et un jours à la Pierre levée.

Ensuite Compiègne.
Compiègne 21 jours

Le 27 avril, départ pour Auschwitz en Pologne. Nous étions de 100 à 120 par wagons fermés, sans air, sans eau. Au bout de 24 heures, un mort et plusieurs fous. Ce mort fut enlevé seulement deux jours après. Une odeur nauséabonde régnait et avec une chaleur intolérable si bien que bientôt 90% étaient fous. Voyage hallucinant. Voyage terrible. Arrivée à ce camp le 1er mai au soir.

Descendre de Wagons avec tous ces fous avec un SS de chaque coté de la porte armé d'un bâton et répètant sans cesse: "Losse, losse" [los, los] et frappant. Ceux qui s'écartaient de la colonne étaient abattus à coups de fusil.

Arrivée au camp de Birqueneau [Birkenau] qui est le camp d'extermination d'Auschwitz.
Pour l'immatriculation, tatoués sur l'avant bras gauche et l'inscription et la douche 36 heures environ. 36 heures nus. J'oublie de dire que l'on nous rasait partout sauf la barbe à l'arrivée. Neuf jours dans ce camp, nous couchions sur la terre dans des barraques sans couvertures et dans l'eau une semaine ici. Ensuite nous passons dans un autre camp à coté. Là nous avions des lits et des couvertures. On nous fit nettoyer 3 jours de ce camp et direction Buchenwald. Même réception qu'à Auschwitz mais en plus les chiens.

Ici, j'ai seulement fait la quarantaine 21 jours. Pendant cette quarantaine, on nous emmenait à une carrière où l'on nous faisait apporter une pierre à chacun. Si par malheur l'un de nous en prenait une trop petite, il était sur le champ rappelé et en lui en mettant une bien trop grosse si bien qu'il était exténué à l'arrivée, à moins que s'il ne pouvait suivre, il soit assomé à coups de bâtons, 5 juin, 21 jours en ce camp, ensuite je suis dirigé avec le commando VIIIé à Zeitz avec un commando et 4000 juifs. Là, ce fut terrible, le commando allait à la "Brabag", usine qui était tous les 3 mois bombardée. Pour aller à cette usine, il y avait 3 kilomètres qu'il fallait faire à pieds nus. Alors commencèrent les gangrènes et oedèmes.
Les mortalités, au bout de 2 mois devinrent très nombreuses avec les coups et les mauvais traitements. Moi même ait travaillé comme maçon pour eviter le camp. Après un mois de ce travail, ce qui porte au début juillet, je pesais 44 kg 500.

Heureusement, j'avais très bon moral et je me cramponnais à la vie. Quelques jours après, on me fait éplucher des pommes de terre.

Ici commence à s'effacer le spectre de la faim. Jusqu'en decembre, je travaille ici et à la cuisine, ensuite au ravitaillement presque toujours en dehors du camp. Puis, cette ambiance de douleurs et de souffrances, partant le matin, rentrant le soir, nous n'avions plus ce spectacle navrant de ces cadavres, ces squelettes vivants.

Dès ce moment, je prépare mon évasion pour ne réussir que le 16 avril. A l'approche des Américains, l'on nous évacue en direction de la Tchéquie par chemin de fer dans les wagons à charbon. Les malades qui étaient à l'hopital furent embarqués sans vêtements, si bien qu'après 5 jours, nous avions un nombre considérable de morts par le froid et par la faim. Etant au ravitaillement, je constatais que nous n'avions presque plus de vivres, il ne nous restait pas de pain pour un jour.
A la station après Marienberg, à environ 10 kilomètres de la Tchéquie, les locomotives furent bombardées. Je saute du trainet pars dans les bois ou je reste une semaine en attendant les Américains qui étaient à Chemnitz. 30 kilomètres sans manger et coucher sur la dure. Les bois sans cesse surveillés par les gendarmes et le Wolksturm m'ont bien préservé contre leurs méchancetés.

Ensuite pendant que l'on m'avait oublié un peu, car il y avait eu plusieurs évasions, je décidais de sortir pour chercher du travail. Ici, je fut à peu près heureux. Sciant du bois seulement pour ma nourriture. 3 semaines de ce travail et les Russes arrivent. Nous demandant si nous voulions partir car j'était ici avec 4 prisonniers de guerre.

Rapatriement par Chemnitz, Gera, Erfut et de là par avion, Paris, La FRANCE.
Quelle émotion fut la mienne en mettant le pied sur le sol natal. Notre belle France enfin libre.

Maurice GENDRON(T), St Léger La Pallud, commune de Marigny-Brizay.

Je remercie les habitants de ma petite commune pour le chaleureux accueil que j'ai reçu à mon arrivée.



Source: journal "le libre poitou" 2 juin 1945

CALENDRIER DU VOYAGE

 

RESISTANCE ... QUELQUES NOMS ...

Lise Baissac (1905-2004) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent secret mauricien du Special Operations Executive (SOE). Elle fut l’un des quatorze Mauriciens engagés par le SOE, en raison notamment de leur connaissance des deux langues, l’anglais et le français.
Elle a pour mission de former, d'organiser et de conduire le réseau "ARTIST" en s’installant à Poitiers. Son nom de guerre est « Odile ».
A son arrivée à Poitiers, elle crée un sous-réseau de Buckmaster affilié au réseau "Denis" dont le champs d'action est la Vienne et la zone de Ruffec (en Charente). Ce réseau comprenait 22 personnes (dont 8 furent déportés). Ce réseau prit le nom de "Artist" après la libération. Les adhérents furent recrutés par Mr et Mme Gateau et financés par les moyens personnels des adhérents et par des fonds parachutés dans les containers. C'est donc avec M. et Mme Gateau, résistants de longue date, qu'elle organise le réseau. Elle accueille de nouveaux agents dans un appartement au 19 rue Boncenne qu'elle choisit sans concierge et dans une rue animée, non loin du quartier général de la Gestapo qui se trouvait proche du palais de justice(Elle fait même la connaissance du chef de la Gestapo, le détesté Grabowski).
Février-mars 1943: Elle organise avec succès cinq parachutages d'armes dans les régions de Poitiers, Vouillé et Ruffec.
Elle joue aussi un rôle d’agent de liaison entre trois réseaux : le réseau SCIENTIST de Claude son frère (basé à Bordeaux); le réseau Prosper-PHYSICIAN de Francis Suttill « Prosper » (basé à Paris) et le réseau BRICKLAYER de France Antelme.
Juin 1943: Le réseau Prosper s’effondre. Les arrestations sont nombreuses. Et par les relations entre Prosper-PHYSICIAN et SCIENTIST, de lourdes menaces pèsent aussi sur SCIENTIST et sur ARTIST.

Juillet 1943: Elle quitte Poitiers...

 

Mme Gateau

est entrée dans la Résistance avec son mari, (commissaire priseur à Poitiers) dès 1940.

M. Gateau, est arrivé de zone libre en 1940. Il rentra en contact avec le Père Aubry S.J (professeur au collège St-Joseph), qui avait transmis son adresse au "War Office".
Les époux Gateau devinrent la boîte aux lettres de ce service britannique, après le départ précipité du Père Aubry recherché par la Gestapo.

En septembre 1942 la centrale des services secrets anglais décida une opération exceptionnelle de parachutage d’agents féminins. Parmi celles-ci, Lise de Baissac allait exercer son activité dans le département (son frère Claude de Baissac dirigeait les services du SOE dans la région de Bordeaux). Parachutée le 26 septembre 1942 elle fut accueillie par Jean Culioli agent de l’Intelligence Service qui l’amena à Poitiers chez M. et Mme Gateau.

La mission confiée à Lise de Baissac consistait à rechercher des volontaires pour recevoir des parachutages d’armes et de munitions. Elle accomplit sa tâche avec l’aide de M. et Mme Gateau. Le premier parachutage eut lieu dans la nuit du 13 au 14 février 1943 à St-Léger-la-Pallu dans la ferme de M. Brault, le second le 15 février dans la région de Vouillé et le troisième le 13 mars 1943. Enfin, dans la nuit du 17 au 18 mars, eut lieu l’opération "Traider" avec "les Lysanders" à Marnay près du village de Medelle.

C’est à la suite de cette opération, parfaitement réussie, que la Gestapo touchée par des rumeurs entreprit une enquête. M. et Mme Gateau durent mettre un frein à leurs activités, mais ils n’en continuèrent pas moins à servir la Résistance au sein du Réseau Mousquetaire et de l’Organisation de la Résistance de l’armée. Mais d’ores et déjà, ils avaient été placés sous surveillance et
ils furent arrêtés puis déportés en février 1944 en même temps que tous les membres du réseau "Artist" (Mr Brault, Mr Gendron ..).
Arrêtée avec son mari le 19 février 1944 (celui-ci sera tué au cours de son transfert de Buchenwald vers l’Autriche) Mme Gateau resta à la prison de la Pierre Levée jusqu’au 4 mars 1944, après avoir connu la rue des Saussaies à Paris (de triste mémoire) puis le fort de Romainville, avant d’être transférée à Ravensbrück avec 900 autres femmes, dans les conditions les plus épouvantables que l’on puisse imaginer. Elle connut ensuite l’horreur du camp d’Holleischen, où elle était affectée à des travaux de terrassement et d’abattage d’arbres en forêt d’où elle gardera le souvenir d’un appel qui durait des heures par des températures de moins 30. (il y en eut 13 le jour de Noël 1944). Malgré ces épreuves abominables, Mme Gateau survécut.
http://milguerres.unblog.fr/lise-de-baissac/Sources:
fondation pour la mémoire
Site de St Léger la Pallu
Lise de Baissac -- Wikipedia
Le picton n°47
Rue des Saussais à Paris